Pâtes à l’encre de seiche

Faire les courses est toujours une corvée mais c’est aussi parfois l’occasion de papillonner dans les rayons épicerie fine et autre cuisine du monde. Je suis toujours curieuse de nouveautés et j’adore essayer de nouveaux plats… si tant est qu’ils m’inspirent.

Intriguée par ces pâtes complètement noires (et restée 6 mois au fond de mon placard), je me lance dans un essai de composition teintée d’Asie, où les légumes viennent comme des tâches de couleurs mettre en valeur la texture et la forme des tagliatelles à l’encre de seiche.

Les tagliatelles ont une bonne tenue à la cuisson, fermes en bouche, le goût est très fin, avec un léger parfum de crustacée.

Il est conseillé de les assaisonner d’un simple filet d’huile d’olive. J’ai imaginé une salade, pensant avant tout au design, mais on peut probablement les accommoder avec toute sorte de légumes et quelques pointes de fruits (comme la pomme granny smith ou les agrumes) en plat chaud ou froid.

Pour réaliser cette composition, j’ai utilisé quelques légumes aux teintes vives :

      • carottes jaunes et violettes ;
      • pois mange-tout ;
      • clémentine en morceau et en jus ;
      • huile d’olive pour la brillance.

Les carottes sont coupées en lamelles pour suivre la forme des pâtes ; les pois mange-tout sont coupés en larges morceaux qui « cassent » quelque sorte le mouvement des 2 précédents élements.

Niveau prise de vue et ambiance, l’orientation « japonisante » semblait évidente.
Un peu de travail de lumière pour à la fois adoucir la scène sans perdre trop de punch et de contraste : soft box rectangulaire en premier plan + projecteur plus fort par l’arrière.

Il ne reste plus qu’à faire cette version mais cette fois, pour la manger !

 

Laissez un commentaire ci-dessous
dfbsdgnsfgn


Laissez votre commentaire.